Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Présidentielles 2022 : l’alternance populaire (le blog de Giordano Eturo et de Major Tom)

Jean-Ba le terrible

8 Janvier 2020, 12:18pm

Publié par Giordano Eturo

Ecoutez, braves gens, l’histoire du Terrible,
De la brute intrépide à la rage vengeresse,
Dont le nom tant maudit pour ses viles prouesses
Transpire encore le sang de crimes imprescriptibles.

 

Dans les confins brumeux des sphères financières
Où se meuvent et menacent dans l’Azur toxique
Les voltigeurs cupides, les rapaces du fric,
Suintent toujours la peur et l’odeur des cimetières.

 

« Jeune homme sans histoire » comme crachaient les médias
Ou « déséquilibré », tout est dit, tout est là,
Il traquait de sa hargne l’indécence brutale
Que firent germer partout les hyènes du capital.

 

Jean-Ba, Jean-Ba la terreur !
Vengeur des humbles travailleurs,
Qui du mal fit le désespoir du bien
Et du bien l’ombre harassante du mal !

 

Si l'on vous entretient du barbare au teint pâle
Par qui les choses hélas prirent un tour radical,
Vous apprendrez peut-être qu’un banal soir de fête,
De confiants financiers prirent une balle dans la tête.

 

Avec force tristesse on vous rapporterait
Comment les dominants qui font les hommes-déchets
Furent si peu capables d’éviter l’avenir
Que ce conspirateur préparait sans faiblir.

 

Vous sauriez à coup sûr combien d’âmes agitées
Du casino souverain qu’on appelle la Bourse
S’efforcèrent en vain d’échapper à la Source
Qui les transporta tous jusqu’au fleuve Léthé.

 

Jean-Ba, Jean-Ba le sanguinaire !
Bourreaux des pires actionnaires,
Qui du mal fit le désespoir du bien
Et du bien l’ombre harassante du mal !

 

Les vieux Etats croulants - aux polices moribondes -
Assistaient, impuissants, à l’odieux châtiment
Qu’infligeait Jean-Baptiste aux seigneurs arrogants,
Ivres de leur bon droit dans chaque endroit du monde.

 

Le temps de sa Folie ils eurent un adversaire,
Sans limite, inflexible et même sans frontières !
Invisible main leste aux meurtres purs et parfaits
Gâchant tout le plaisir de spéculer en paix.

 

Et tandis que partout les peuples s’indignaient
Sous le mépris grossier d’oligarques repus,
Jean-Ba le terroriste pour Gracchus se prenait
A l’ombre de G20 aux maints espoirs déçus.

 

Jean-Ba, Jean-Ba l’insensé !
Vengeur de tous les méprisés,
Qui crut révolter les consciences
Par un torrent de violence !

 

Alors les ploutocrates dans un élan de classe
S’avisèrent d’obtenir via d’obscures interfaces
La tête de Jean-Ba à grands coups de dollars,
Un aller sans retour vers le noir du Tartare.

 

Et quand on fit couler le Champagne à Davos,
Soulagés qu’ils étaient de la mort du chacal
Sous l’implacable assaut d’effroyables bastos,
On rêva que le monde redevînt plus normal.

 

Jean-Ba le Terrible n’eut pas le goût pourtant
D’achever son histoire dans l’immense défaite
Que depuis le début il savait déjà faite :
Furieusement, Davos, rejoignit le néant.

 

Jean-Ba, Jean-Ba le Solitaire !
Némésis rusée qui assaillit l’hybris
Sans ambages ni pitié !
Le désespoir dût posséder ta chair
Pour que de ton cœur dévoyé
Tant de haine jaillît !

 

Jean-Baptiste le cruel !
L’Histoire se répète-t-elle ?

 

Depuis les oligarques continuent de plus belle
Et d’autres semble-t-il empruntent ton tunnel.

 

Depuis les oligarques continuent de plus belle
Et d’autres semble-t-il empruntent ton tunnel.

Commenter cet article